Définir Et Atteindre Ses Objectifs Grâce À La Méthode OKR
Définir Et Atteindre Ses Objectifs Grâce À La Méthode OKR

Pour obtenir des résultats, il est nécessaire de définir ses objectifs. Ils peuvent être inconscients, mais les formaliser permet de les rendre plus concrets et d’assurer un suivi. Cela devient même indispensable dès que ces objectifs concernent une équipe ou une entreprise. Cet exercice de formalisation est délicat : les objectifs doivent être à la fois motivants, clairs, et faciles à mesurer. Il existe pour cela la technique SMART, que beaucoup de gens connaissent. Dans cet article, je vous présente une autre approche appelée OKR, utilisée chez Google et LinkedIn.

Que signifie OKR ?

OKR signifie Objectif (Objective en anglais) et Résultats Clés (Key Results). Le principe est de définir un objectif (le O) qualitatif sous une forme simple et motivante. Derrière cet objectif on décrit des résultats clés (les KR) qui sont eux quantitatifs et donc mesurables. Ces derniers permettront donc à la fin de la période (souvent un trimestre) de vérifier si l’objectif a été atteint.

O pour Objective

L’objectif doit avoir les caractéristiques suivantes :

  • Il s’écrit sous forme d’une seule phrase.
  • L’objectif est qualitatif, inspirant et motivant.
  • Il est limité dans le temps.
  • L’objectif doit être indépendant.

Définir des objectifs qualitatifs, inspirants et motivants

L’objectif doit être clair, facile à comprendre et motivant pour les équipes. Il est important de trouver une formulation qui donne envie de s’impliquer pour celui-ci. Idéalement, il est conseillé d’utiliser le vocabulaire des équipes pour qu’elles se l’approprient plus facilement.

Définir des objectifs limités dans le temps

Un objectif bien défini doit être associé à un horizon de temps pas trop long. Idéalement un trimestre, voire un semestre, même si certains utilisent des périodes de un mois ou un an. Cependant, attention à une période trop longue : il sera plus dur de garder la motivation et il se peut que le contexte change, rendant l’objectif caduque.

Définir des objectifs indépendants

Si l’objectif est dépendant d’autres équipes ou d’autres objectifs, il risque d’être compliqué à accomplir. Il y aura toujours des éléments qui entraveront la marche en avant de l’équipe. Cela évitera aussi les excuses en fin de période : « nous n’avons pas réussi parce que le département X n’a pas fait… ».

Quelques exemples

De bons exemples d’objectifs

  • Trouver de bons investisseurs motivés.
  • Notre produit sera la star de l’été dans la région.
  • Etre reconnu comme au top de l’innovation par nos concurrents.

Quelques mauvais exemples

  • Augmenter le chiffre d’affaires de 1,7%.
  • Faire plus de 1000 ventes sur le nouveau produit XYZ.
  • Augmenter de 15% le nombre d’utilisateurs.

Ces 3 derniers exemples sont plutôt à considérer comme des Résultats clés plutôt que des Objectifs.

KR pour Key Results

Les résultats clés rendent mesurables et concrets les objectifs précédemment définis. Ils permettront à la fin de la période d’acter objectivement si l’objectif est atteint ou non. Vous pouvez les identifier en répondant à la question suivante : « comment valider que nous avons atteint notre objectif ? ». Ils doivent notamment être mesurables, réalistes mais ambitieux. Je vous invite à les baser sur des métriques chiffrées comme le chiffre d’affaires, le nombre de clients ou de vente, la croissance.

Combien de résultats clés par objectif ?

3 est une bon compromis. Avoir plusieurs résultats clés pour un objectif amène par ailleurs un avantage très intéressant : il permet de concilier différentes dimensions (ou métriques). Par exemple, je veux que mon produit soit un succès commercial, qu’il se vende très bien à court terme mais sans concession sur la qualité. Je peux alors définir un résultat clé sur le nombre de vente et un autre sur le nombre de clients qui rencontrent un problème.

Être ambitieux mais réaliste

Un dernier point concernant le « calibrage » ou la difficulté de la métrique. Il faut trouver un équilibre :

  • La valeur doit être suffisamment difficile à atteindre pour apporter des résultats et donner envie de se dépasser.
  • Elle doit rester atteignable pour ne pas décourager et démotiver les acteurs.

Pour que l’équipe soit fière du résultat accompli, on peut également se dire qu’il faut viser une probabilité de succès de 50% sur le résultat clé.

OKR d’OKR, à l’échelle de l’entreprise

Dans le cas d’équipes importantes, ou d’une entreprise dans sa globalité, il est possible de définir des OKR d’OKR. Ainsi, l’OKR stratégique de l’entreprise peut être dérivé en sous-OKR propres à chaque équipe. Ces sous-OKR doivent bien évidemment contribuer à l’OKR père auquel ils sont rattachés. Cela contribue à assurer la cohérence et l’alignement des objectifs sur une seule et même stratégie.

A l’échelle de l’individu, chacun peut également avoir ses propres OKR qui contribueraient aussi bien au développement personnel qu’à l’OKR de l’équipe.

Quelques exemples d’OKR pour bien définir ses objectifs

Exemple 1

Objectif : Réaliser un chiffre d’affaires record tout en augmentant la rentabilité.
Résultats clés :

  • Atteindre un chiffre d’affaires trimestriel de plus de 100 000 $.
  • Démarrer les ventes dans 2 nouveaux pays.
  • Augmenter la marge brute % marge brute de 23% à 54%.

Exemple 2

Objectif : Être excellent – s’améliorer pour être le meilleur dans tout ce que nous faisons.
Résultats clés :

  • Les 13 équipes se réuniront pour un brainstorming interne : « Comment pouvons-nous nous améliorer ? Où ne sommes-nous pas encore les meilleurs ? »
  • Benchmarker tout ce qui concerne le produit par rapport à 10 concurrents clés.
  • Sondage auprès de 100 clients pour connaître leur opinion sur les domaines dans lesquels nous devons nous améliorer.
  • Créer une liste d’actions de 10 activités d’amélioration à l’échelle de l’entreprise.

Exemple 3

Objectif : Rechercher et améliorer la satisfaction de la clientèle
Résultats clés :

  • Dépasser le taux de recommandation net (NPS) de plus de 8,0.
  • Obtenir 1000 réponses à l’enquête annuelle de satisfaction.
  • Réaliser 50 entretiens téléphoniques avec les meilleurs clients.
  • Réaliser 15 entrevues téléphoniques avec des clients récemment désabonnés.

 

Garder le rythme !

Il est indispensable de revoir ses objectifs régulièrement. Cette recommandation est vraie quel que soit le système utilisé. Un rythme hebdomadaire est intéressant car il permet à chaque membre de l’équipe (ou pour soi-même dans le cadre d’objectifs individuels) de maintenir une attention sur les priorités. Il est tellement facile de se laisser absorber par des demandes annexes qui ne contribuent pas aux objectifs ! Soyez vigilant !

Ne pas modifier ses objectifs en cours de route

Il faut éviter de changer ses objectifs en cours de période. Même si après quelques semaines vous vous rendez compte que vous vous êtes trompé, tirez-en les leçons pour mieux les définir la prochaine fois.

En synthèse, je trouve cette méthode intéressante car elle permet de rattacher des résultats clés mesurables à un objectif qui est formulé de manière simple et motivante. Je vous invite à tester cette approche sur les prochains mois pour définir . Rappelez-vous, revoir ses objectifs régulièrement est indispensable et la clé du succès ! Profitez de ces revues régulières pour tirer le maximum d’enseignements. Pour l’avoir vécu, vous verrez que vous allez vous poser de nombreuses questions ! Pour aller plus loin, vous pouvez regarder cette vidéo en anglais : Startup Lab workshop: How Google sets goals: OKRs.

Quelles techniques utilisez-vous pour gérer vos objectifs personnels et ceux de vos équipes ? Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez ?

Pour terminer, je vous invite à télécharger mon modèle complet pour définir votre vision et la décliner en actions via le formulaire disponible dans la colonne de droite.